Vous êtes ici:     Accueil > Revue de presse > 2007 / TDT > Février > Turquie-Arménie : Levon Dabagyan brave la censure arménienne !
  Accueil  |   Liens  |  Qui sommes-nous?  |  Ecrivez-nous |  Nous soutenir |  RSS - Suivre la vie du site  

Dossier

Turquie-Arménie : Levon Dabagyan brave la censure arménienne !
Imprimer dans une nouvelle fenêtre !   
Publié le 25 février 2007

(Tête de Turc, www.tetedeturc.com, 25 février 2007, par Le Veilleur) L’historien et écrivain turc d’origine arménienne Levon Dabagyan est né en Turquie à Istanbul en 1933. Levos Dabagyan continue à réfuter les allégations du"génocide arménien" et accuse ouvertement les extremistes de la diaspora arménienne de semer la haine, notamment auprès de la jeunesse.

Dans le cadre d’une conférence organisée le 24 avril 2004 par la Fédération de Lutte contre le Révisionnisme Arménien, Levos Dabagyan avait rendu hommage au peuple turc, en déclarant : "sans le peuple turc, je ne serais pas là aujourd’hui et il n’y aurait pas d’Arméniens en Turquie".

S’exprimant au nom des Arméniens de Turquie, Levos Dabagyan avait rappelé que durant la Première Guerre Mondiale ce sont les milices nationalistes arméniennes du Caucase qui ont attaqué la Turquie en Anatolie. "Les Arméniens de Turquie, eux, n’ont jamais trahi leur patrie" avait-il ajouté.

“Il n’y a pas de question arménienne. Cette affaire a été forgée de toutes pièces. Il y a des volumes entiers sur les bons aspects des relations turco-arméniennes, mais on n’en parle jamais ! Mon chef spirituel demeure au Patriarcat. La capitale de mon pays est Ankara. Les Arméniens jouaient le rôle de pont entre les Ottomans et l’Occident. C’est pourquoi on a toujours cherché à les présenter comme des ennemis. A l’une de nos oreilles résonnent les cloches de l’église tandis qu’à l’autre nous entendons le chant du muezzin. Nous ne sommes pas venus en Turquie depuis l’étranger.

La Question arménienne à la lumière du jour.

Cette fois, c’est lors de la conférence titrée « la question arménienne à la lumière du jour » organisée dans les locaux du parti du Peuple Républicain (CHP) à Istanbul que Dabagyan s’est exprimé pour éclaircir les vérités historiques. Il a expliqué que les Arméniens et les Turcs vivaient ensemble et en paix depuis plus de mille ans et c’est seulement lors de la 1ère Guerre Mondiale que les conflits avaient commencés ;

« Les Arméniens représentaient l’un des piliers de l’Empire Ottoman. Comment ont-ils cassé ce pilier ? Ils ont introduit les catholiques parmi les Arméniens. Ce sont des Français qui ont fait ça ! Ils ont introduit les protestants ! Et ce sont des Anglais qui ont fait ça ! a-t-il martelé Dabagyan qui précisa aussi que les Arméniens avaient des origines grégoriennes .

Dabagyan a par ailleurs expliqué que les Arméniens avait rejoint les forces Seldjoukides lors de la guerre de Manzikert en 1071, contre l’Empire Byzantin, mais qu’on ne retrouvait nulle trace de ces vérités historiques dans les livres d’histoire.

Qu’est-ce qu’on ira leur raconter ? Ils savent tout puisque ce sont eux qui ont tout manigancé !

« Depuis, des intrigues et des provocations savamment orchestrées n’arrêtent pas de créer des confrontations entre les Arméniens et les Turcs. En 1915 les Arméniens subirent l’exode forcé et périrent en masse notamment en raison des maladies et de manque de nourriture. Puis il y a eu aussi ces massacres commis par des bandes de brigands qui s’étaient soulevés contre l’autorité de l’Empire et sévissaient en Anatolie. Les villageois turcs qui cachaient chez eux des familles arméniennes pour les protéger subirent eux aussi de nombreuses violences.

« J’ai toujours dit, en tout état de cause ces événements (l’exode forcé), ce sujet, ne concerne en rien l’État d’Arménie et la Turquie, mais les Arméniens de Turquie et la Turquie. »

Levan Dabagyan s’exprima aussi sur les problèmes rencontrés avec la France.

« Ils disent ; créons une commission et allons en France pour tout raconter. N’était- ce pas la France lors de la guerre en 1918 qui avait emmené à la ville d’Adana ces Arméniens déguisés sous l’uniforme français pour massacrer les Turcs ?... Qu’est-ce qu’on ira leur raconter ? Ils savent tout puisque ce sont eux qui ont tout manigancé !

Et l’ASALA ?

Dabagyan continua ses propos sur la France qui essayerait d’abîmer les relations de la Turquie avec l’Arménie et qu’elle l’aurait réussi en adoptant au Parlement Français le texte de loi qui reconnait la thèse arménienne de "génocide". Il affirma que cette tâche désormais accomplie, cette loi devenait inutile et qu’elle serait retirée pour ne pas détériorer d’avantage les relations avec la Turquie.

L’historien d’origine arménienne pointa de nouveau un doigt accusateur vers la France sur la question des crimes toujours non élucidés d’ASALA.

L’armée Secrète Arménienne de Libération de l’Arménie est un mouvement terroriste nationale-socialiste de tendance marxiste-léniniste.
Il a été créée en 1975 par Hagop Hagopian (ancien compagnon d’armes du célèbre terroriste Carlos assassiné en avril 1988 à Athènes, dans la lutte pour le contrôle du mouvement). L’objectif principal d’ASALA était de contribuer par tous les moyens à l’éclatement de la Turquie et de l’Iraq qui permettrait la création de la Grande Arménie.
Au début des années 80, l’ASALA a mené des actions meurtrières en France et en Suisse. L’attentat d’Orly notamment, le 15 juillet 1983, fera 8 morts et 55 blessés. Entre 1975 et 1984, l’ASALA revendique 22 assassinats et environ 130 attentats contre les Turcs.

Lors de la conférence Levan Dabagyan a fait remarquer qu’on entendait parfois des propos déplacés.
« Il faut qu’on se supporte ! » Voilà ce que j’entends dire, de temps à autre. Alors qu’au lieu de se supporter, les Arméniens et les Turcs devraient plutôt se fraterniser. Depuis la disparition de Mustafa Kemal Atatürk, les Arméniens ont été laissé de coté »

Dabagyan termina ses révélations sur l’existence en Anatolie de certains manipulateurs, des missionnaires étrangers qui essayeraient de convertir au christianisme, les citoyens turcs alevis d’origine arméniennes.





Mémorial

De l’Anatolie orientale (1914-1922) à l’Azerbaïdjan (1988-1994), les massacres de masse et les atrocités perpétrés par les Arméniens sur les populations turco-musulmanes ont fait plus d’un million de morts.

Pour les victimes sans sépulture de ces génocides inavoués un Mémorial Virtuel a été érigé.

Ce Mémorial est également dédié aux dizaines de victimes du terrorisme arménien (1975-1985) qui a fait couler le sang d’innocents dans les grandes villes d’Europe et des Etats-Unis.

Ensemble, brisons le mur du silence et de l’oubli... Pour que la mémoire vive !

Accès au Mémorial