Vous êtes ici:     Accueil > Question arménienne > Reconnaissance internationale de la vérité historique > La Suède récuse la thèse du "génocide arménien"
  Accueil  |   Liens  |  Qui sommes-nous?  |  Ecrivez-nous |  Nous soutenir |  RSS - Suivre la vie du site  

Dossier

La Suède récuse la thèse du "génocide arménien"
Imprimer dans une nouvelle fenêtre !   
Publié le 2002

Le rapport annuel de la Commission des Affaires étrangères du Parlement suédois portant sur la situation des droits de l’Homme dans le monde a été adopté les 20 et 21 mars derniers (sous la référence UU8) par les députés réunis en séance plénière à l’Assemblée.

Dans ce rapport, le paragraphe relatif à la Turquie aborde, entre autres sujets, la tragédie endurée par les Turcs et les Arméniens sous l’Empire ottoman en 1915. Le texte revient notamment sur la reconnaissance par la Suède, en l’an 2000, du prétendu "génocide" arménien. Les conclusions de ce document, dont vous trouverez des extraits ci-après, constituent un revirement spectaculaire de la position suédoise sur les événements de 1915 ! De surcroît, son adoption semble rendre nulle et non avenue la résolution votée par le Parlement en 2000 !!

Que dit ce rapport ?

1) La Commission des Affaires étrangères admet officiellement que l’ONU et sa Sous-Commission des Droits de l’Homme n’ont JAMAIS reconnu le prétendu "génocide" arménien, contrairement à ce que la propagande arménienne se plaît à répéter de façon éhontée :

"...La Commission des Affaires étrangères, lors de la discussion de la résolution U651 de 1999/2000 [Note de TdT : celle par laquelle la Suède a "reconnu" le prétendu "génocide"], avait évoqué une décision de l’ONU de 1985 considérant que les Arméniens avaient subi un génocide sous l’Empire ottoman au début du siècle. Il s’est avéré par la suite que, ni en 1985, ni à aucune autre date, il n’y avait eu une telle décision de l’ONU relative au cas des Arméniens. Il en est de même pour les Syriaques/Assyriens et Chaldéens..."

2) Pour justifier sa reconnaissance du prétendu "génocide" arménien, la Suède avait à l’époque invoqué l’ONU et sa résolution imaginaire de 1985. Le Parlement de Stockholm admettant désormais la vérité, à savoir que les Nations Unies n’ont jamais avalisé la thèse arménienne, la résolution suédoise votée en l’an 2000 devient lettre morte. En conséquence, il n’y a plus à ce jour de reconnaissance officielle, par la Suède, du prétendu "génocide" arménien ! Le rapport le confirme :

" ...La Commission des Affaires étrangères observe qu’aucune opinion suédoise n’a été officiellement formulée pour affirmer que les événements survenus à l’époque de l’Empire ottoman constituent un génocide... "

3) Le prétendu "génocide" arménien, après réflexion de la Commission des Affaires étrangères, n’est plus un "fait historique certain et indiscutable" comme les propagandistes arméniens l’affirment, mais relève désormais du... "probable" !

"...Le droit international moderne considère que le génocide est un crime qui implique des responsabilités, qu’un Etat adhère ou non aux conventions concernées. Le génocide est notamment défini par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948. Selon la Commission des Affaires étrangères, si la Convention des Nations Unies de 1948 avait été en vigueur à l’époque de l’Empire ottoman, il est probable que les événements endurés par les Arméniens, les Syriaques/Assyriens et les Chaldéens auraient été considérés comme un génocide..."

On passe ainsi d’une assertion déclarative ("la Suède reconnaît le génocide arménien") à de la probabilité spéculative ("Si la Convention..., il est probable que..."), qui introduit à nouveau le doute. Qui plus est, la question arménienne, selon le rapport suédois, doit encore faire l’objet de recherches historiques et de discussions. Ce qui revient à reconnaître que les allégations arméniennes ne sont pas acquises :

"...La Commission des Affaires étrangères estime important que les massacres subis par les Arméniens, Syriaques/Assyriens et Chaldéens soient ouvertement débattus. Pour cela, il est nécessaire d’agir en transparence et de mener, sans condition, des recherches historiques. Comme tous les autres gouvernements, le gouvernement turc a la responsabilité d’encourager et de faciliter ces recherches en ouvrant aux chercheurs ses archives..."

Le revirement du Parlement suédois est une heureuse nouvelle, qui atteste de façon éclatante que la vérité finit toujours par triompher. Pour nous qui réclamons justice et vérité pour le peuple turc, cet événement est porteur d’espoir ! Après la Suède, d’autres pays, et nous pensons notamment à la France, finiront eux-aussi par entendre raison ! Nous nous y emploierons...

L’équipe de Tête de Turc
29.03.02





Mémorial

De l’Anatolie orientale (1914-1922) à l’Azerbaïdjan (1988-1994), les massacres de masse et les atrocités perpétrés par les Arméniens sur les populations turco-musulmanes ont fait plus d’un million de morts.

Pour les victimes sans sépulture de ces génocides inavoués un Mémorial Virtuel a été érigé.

Ce Mémorial est également dédié aux dizaines de victimes du terrorisme arménien (1975-1985) qui a fait couler le sang d’innocents dans les grandes villes d’Europe et des Etats-Unis.

Ensemble, brisons le mur du silence et de l’oubli... Pour que la mémoire vive !

Accès au Mémorial