Vous êtes ici:     Accueil >
  Accueil  |   Liens  |  Qui sommes-nous?  |  Ecrivez-nous |  Nous soutenir |  RSS - Suivre la vie du site  

Dossier

Livres, documents & témoignages

» Le "Dossier arménien" de Kâmuran Gürün

» La "Question Turco-Arménienne" selon Gaston Gaillard

» Témoignage de Pierre Loti

» Les Mémoires du Général Allemand Bronsart von Schellendorf

» Livre : "Arménie : la grande déception - Les secrets d’un Etat ’chrétien’ terroriste"

» Responsabilité arménienne : les aveux d’un Premier ministre

» "Conflit, Traumatisme et Objectivité" (Prof. Ataöv)

» L’Holocauste juif et les Arméniens (en anglais)

» "Les Arméniens démasqués" : un rapport anglais accablant

» Témoignage de Léon Rouillon, poilu de la Grande Guerre : "Pour la Turquie" (1921)

» Témoignages et rapports russes (1910, 1912, 1918)

» "Les Arméniens" : témoignage de Dixon C. F. Johnson (1916)

» Le livre de Georges de Maleville : "La tragédie arménienne de 1915"

» Dessous des Mémoires de l’Ambassadeur Morgenthau

» Photos et documents d’archives

» Attaque d’une mosquée par les Arméniens


 


  - Lire tous les documents, livres et témoignages de cette rubrique





Revue de presse
» Thèse arménienne de "génocide", un Turc obtient gain de cause devant la CEDH
» Daphna Poznanski s’insurge contre la loi de censure arménienne
» CCAFT écrit aux élus : Hilda Tchoboian élue conseillère régionale de Rhône-Alpes
» CCAFT écrit aux élus : Proposition de loi liberticide
» Turcs et Arméniens : le cri de Jean Daniel
» Fermeté de la France face à la Turquie : Charles Aznavour félicite Sarkozy
» Les aveux de Valérie Boyer
» 85,2% des lecteurs de Le Monde contre la loi de censure arménienne
» Assez de mépris M. Sarkozy !
» Des sanctions turques seraient illégales, dit Lellouche


  - Revue de presse....

Faits marquants


Thèse arménienne de "génocide", un Turc obtient gain de cause devant la CEDH

Le Turc Dogu Perinçek avait contesté la thèse arménienne de "génocide" arménien pour qualifier les événements inter-ethniques survenus en Anatolie entre 1914 et 1922. Il avait été condamné pour ce fait par la justice suisse. La Cour européenne des droits de l’homme a donné tort à la Suisse.

Reconnaissance de la vérité historique !

Contre l’État historien, par Claude IMBERT

L’État français va-t-il nous imposer une vérité "officielle" du "génocide" arménien ? Oui, dit l’Assemblée nationale. Dans le marasme actuel, elle trouve urgent d’articuler cette prétention, une des plus incongrues de son répertoire.

Son vote, pour notre édification, conjugue trois vices. Le premier violente, avec le délit d’opinion, la liberté de pensée. Le deuxième démontre que le souci électoraliste contrarie de plus en plus, au Parlement, celui primordial de l’intérêt national. Le troisième s’aventure, et dans le mépris de notre diplomatie, jusqu’à provoquer une puissance émergente, la Turquie, au détriment de nos intérêts économiques et stratégiques dans une région ultrasensible du monde. Le tout fait un brouet indigeste pour toute démocratie respectable.

- Lire la suite...


Reconnaissance de la vérité historique !

Génocide : la France n’a pas de leçon à donner à la Turquie

C’est pour un mauvais prétexte que la France semble vouloir se fâcher avec la Turquie. S’il s’agit de lui refuser l’entrée en Europe, autant le lui dire clairement et tout de suite. Mais le contentieux qui risque de s’ouvrir à l’occasion de l’examen, demain à l’Assemblée nationale, d’une proposition de loi visant à réprimer pénalement (un an de prison, 45.000 euros d’amende) la négation des génocides reconnus, dont le génocide arménien commis par les Turcs en 1915, manque d’arguments sérieux. Il est certes détestable de voir la Turquie refuser ne serait-ce que d’admettre la réalité de l’épuration ethnique et religieuse qu’elle a menée contre plus d’un million d’Arméniens : ce déni devrait être un argument suffisant pour lui refuser de rejoindre l’Union européenne. Cependant, ce n’est pas au parlement de faire l’histoire. Mon opposition constante à la loi Gayssot sanctionnant le négationnisme dans la contestation de la Shoah est identique pour cette autre loi mémorielle qui revient, une fois de plus, à limiter la liberté d’expression et à pénaliser un délit d’opinion.

- Lire la suite...


Reconnaissance de la vérité historique !

Turcs et Arméniens : le cri de Jean Daniel

JPEG - 19.7 ko

Eh bien, par peur de finir l’année en beauté et par souci de se montrer encore moins responsables que d’ordinaire, nos représentants, aussi bien les députés que les sénateurs, aussi bien l’extrême gauche impertinente que l’extrême droite râleuse, s’y sont tous mis pour voter une loi dont les effets seront désastreux. Je veux parler de ce projet de loi interdisant que l’on puisse nier ou relativiser le "génocide", crime des crimes contre l’humanité, effectué par les Turcs au détriment des Arméniens....

- Lire la suite...


Reconnaissance de la vérité historique !

Les nuées de 2012 , par Jean Daniel

JPEG - 5.8 ko

(...) Les grandes formations politiques de gauche et de droite devraient décider ensemble de renoncer à promulguer une nouvelle loi mémorielle, après les lois Gayssot et Taubira. Au moins ces deux dernières lois respectaient-elles l’esprit du Tribunal de Nuremberg : il y a génocide non pas simplement lorsqu’il y un crime plus ou moins collectif mais lorsqu’il y a intention d’extermination. Le cas n’est nullement prouvé en ce qui concerne les massacres des Arméniens par les Turcs. (...)

- Lire l’analyse de Jean DANIEL


Non à la censure !

Le génocide ne doit pas être une arme politique

JPEG - 5.8 ko

(...) Toutes les lois mémorielles devraient être abrogées. Ca clarifierait le sujet. Cette concurrence entre les crimes, entre les stratégies victimaires, pose le problème sous un angle qui permet de comprendre la réaction turque. Je serais bien en peine, à titre personnel, de dire s’il y a eu oui ou non un génocide en Arménie. Le massacre des Arméniens est parfaitement reconnu. La qualification juridico-morale que l’on peut porter sur ce fait tient à bien d’autres considérations que le fait lui-même. (...)

- Lire l’analyse de Rony Brauman


Non à la censure !

« Attaquons ! Attaquons !… comme la lune »

JPEG - 133.9 ko

Le 26 octobre 2006, je faisais paraître sur « Oumma » un article avec ce même titre, consacré aux débats pitoyables tenus pas la précédente législature à propos de la question du génocide arménien, que la Chambre voulait incriminer. Ce projet de loi, transmis au Sénat, y était resté en « stand by » jusqu’au mois de mai dernier, où ce texte a fait l’objet d’une exception d’irrecevabilité par 196 voix contre 74. L’affaire paraissait donc enterrée…

- Lire l’analyse de Jean-Michel Cros


Editorial

Tête de Turc et la question arménienne

Depuis sa création, Tête de Turc est analysé, décortiqué, stigmatisé à longueurs de pages et d’articles dans les forums de discussion, les revues et les livres franco-arméniens. Jamais une organisation rassemblant les Amis de la Turquie n’aura autant suscité d’intérêt, d’attaques et de haine dans les milieux activistes arméniens et turcophobes en France. Si certains doutaient de notre efficacité et de notre influence, les voilà rassurés.

Récemment, M. Patrick Devedjian, figure emblématique du lobby arménien, a tenté d’introduire, heureusement sans succès, un amendement visant directement Tête de Turc dans un projet de loi encadrant l’internet. Plusieurs plaintes pour "négationnisme" (sic) ont été déposées à notre encontre par des organisations arméniennes. En outre, notre site fait très régulièrement l’objet de violentes attaques de la part de pirates informatiques situés en France et en Arménie. Nous ne comptons plus les dizaines de messages contenant menaces de morts, insultes, propos racistes et négationnistes, reçus chaque semaine...

- Lire la suite...


La Turquie en deuil

Assassinat de Hrant Dink : la Turquie perd l’un de ses fils et fait corps avec sa communauté arménienne

L’assassinat, vendredi 19 janvier, à Istanbul, du journaliste et essayiste turc d’origine arménienne, Hrant Dink, a mis la Turquie en état de choc.

Dans un même élan d’indignation et de colère, de peine et de tristesse, l’ensemble des médias et de la classe politique turcs, gouvernement en tête, ont condamné avec force ce crime odieux.

La Turquie, en deuil, fait aujourd’hui corps avec sa communauté arménienne, dont Hrant Dink était l’un des représentants...

- Lire la suite...


Vérité et reconnaissance

Pays-Bas : Wouter Bos reconnaît avoir "agi précipitamment et négligemment" en parlant de "génocide" arménien

Le chef du Parti social-démocrate néerlandais du Travail (PvdA, principal parti d’opposition) a fait un mea culpa très remarqué lors d’une conférence de presse en admettant publiquement des négligences dans le traitement de la question du différend historique turco-arménien.

Il a en effet reconnu des abus de langage dans l’utilisation du terme de "génocide" pour qualifier les massacres subis par les Arméniens en Anatolie orientale en 1915-1917.

"Nous avons un peu agi précipitamment et négligemment en utilisant le terme de ’génocide’ pour qualifier les événements survenus en Anatolie avec les Arméniens" a-t-il déclaré...

- Lire la suite...


Sondage

Arménie-Sondage : seuls 3% des Arméniens se disent concernés par la reconnaissance du "génocide" dans des pays tiers

JPEG - 1.4 ko

Une enquête de l’Institut Gallup réalisée récemment révèle le fossé grandissant entre la diaspora arménienne et le peuple d’Arménie. Très loin des manoeuvres politiques et anti-turques du lobby arménien en Europe, les citoyens arméniens se déclarent avant tout préoccupés par le chômage et la misère qui sévissent dans leur pays. Une écrasante majorité d’entre eux (97%) n’accordent d’ailleurs pas le moindre intérêt au thème fétiche de la diaspora : la reconnaissance du "génocide" arménien. De même, seuls 2% des Arméniens souhaitent l’annexion à l’Arménie de la province azérie du Haut-Karabakh...

- Lire la suite...


Non à la censure !

Loi de censure arménienne : des intellectuels français demandent à Jean-Louis Debré de saisir le Conseil Constitutionnel

Une vingtaine d’intellectuels de renom, parmi lesquel Max Gallo, Pierre Nora, Jean Daniel et Paul Thibaud, ont cosigné une "lettre ouverte" adressée au président de l’Assemblée nationale française pour lui demander de faire barrage à la loi de censure votée sous la pression du lobby arménien, le 12 octobre dernier, par une centaine de députés. Les auteurs rappellent "qu’il n’appartient pas au Parlement de légiférer sur l’histoire" et soulignent l’urgence de "garantir les droits de l’homme" et de "protéger le rôle du Parlement français"...

- Lire la suite...



Le Parti Socialiste surenchérit dans la provocation anti-turque

Sourd au tollé provoqué en France comme en Europe et en Turquie par la loi liberticide votée le 12 octobre dernier par une centaine de députés, François Hollande s’est engagé à reprendre le texte après les élections en 2007, si le processus de légifération devait être bloqué par l’actuel gouvernement.

Lié par un pacte électoral au parti national-socialiste arménien Dachnaktsoutioune, Hollande entraîne sa formation dans une dangereuse surenchère anti-turque. Pour capter les voix arméniennes, il accepte de tourner délibérément le dos à la communauté turque de France...

- Lire la suite...


Non à la censure

Jacques Chirac exprime ses regrets à la Turquie et s’engage à bloquer la loi de censure arménienne

Le chef de l’Etat français a contacté par téléphone le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, pour lui exprimer ses regrets après l’adoption, par une centaine de députés, jeudi 12 octobre, d’une loi controversée et liberticide pénalisant toute contestation publique de la thèse arménienne de "génocide" en France.

Lors de cet entretien téléphonique, Jacques Chirac s’est engagé à tout faire pour bloquer le processus de légifération. Il a en outre déclaré "comprendre parfaitement et partager" les sentiments d’indignation du peuple turc...

- Lire la suite...


Vérité et reconnaissance

Loi de censure arménienne : "Liberté pour l’Histoire" veut saisir le Conseil Constitutionnel

JPEG - 133.9 ko

Dans un communiqué en date du 12 octobre, le collectif "Liberté pour l’Histoire", qui rassemble plus de 700 historiens et chercheurs français, a annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel pour empêcher la promulgation de la loi de censure arménienne votée jeudi par une minorité de députés à l’Assemblée nationale.

Dans ce texte, les historiens dénoncent une "véritable provocation" et s’inquiètent du "recul des libertés démocratiques" en France. A travers cette loi liberticide, "ce sont bien les libertés de pensée et d’expression qui sont menacées".

Le collectif accuse en outre l’Assemblée nationale d’édicter des "vérités officielles" et souhaite l’annulation de la loi du 29 janvier 2001 par laquelle "la France reconnaît le génocide arménien"...

- Lire la suite...


Turcophobie / Désinformation

Contre la Turquie, tous les mensonges sont permis

JPEG - 5.4 ko

L’Assemblée nationale française a finalement voté jeudi 12 octobre la très controversée loi de censure qui prévoit de lourdes amendes et une peine de prison pour toute contestation publique de la thèse arménienne de "génocide". Durant le simulacre de discussion parlementaire, les défenseurs de ce texte liberticide ont égrené les poncifs de la propagande arménienne pour justifier l’inacceptable. L’avocat de l’Asala, Patrick Devedjian, s’est notamment illustré par ses désormais traditionnelles envolées turcophobes.

L’impunité avec laquelle Devedjian a pu salir, depuis la tribune de l’Assemblée, l’honneur de la nation turque et la mémoire des centaines de milliers de Turcs exterminés par les Arméniens en 1914-1922 laisse présager des jours bien sombres pour les Turcs de France...

- Lire la suite...


Campagne / Non à la censure

Censure arménienne : le Parti Socialiste inscrit de nouveau le projet de loi liberticide à l’agenda de l’Assemblée nationale le 12 octobre

Le projet de loi visant à sanctionner toute contestation publique de la thèse arménienne de "génocide" en France, dont la discussion et le vote avaient été reportés sine die le 18 mai dernier, sera finalement inscrit à l’ordre du jour de la prochaine niche parlementaire du Parti Socialiste.

Les tractations menées dans le plus grand secret par l’état-major socialiste avec la Fédération Révolutionnnaire Arménienne (Dachnaktsoutioune, national-socialiste) ont abouti à cette décision qui risque d’être lourde de conséquences pour les relations franco-turques...

- Lire la suite...


Vérité et reconnaissance

L’académicien René Rémond rappelle que les historiens sont divisés sur la thèse arménienne de « génocide » et considère qu’il ne revient pas « aux politiques de trancher le débat ».

JPEG - 28.2 ko

Dans une discussion avec les Internautes organisée le 12 juin sur le site du Nouvel Observateur, René Rémond, historien, académicien et président de la Fondation nationale des sciences politiques, a été interrogé à plusieurs reprises sur le différend historique turco-arménien et sur le projet de loi socialiste visant à censurer toute contestation publique de la thèse arménienne de « génocide » en France...

- Lire la suite...


Non à la censure !

JPEG - 24.6 ko
Dessin de Franck Resplandy

France - Report du vote de la loi de censure arménienne : le Collectif "Liberté pour l’Histoire" dénonce une "provocation"

Après le report de l’examen de la proposition de loi du groupe socialiste à l’Assemblée nationale visant à sanctionner par une peine de prison et de lourdes amendes toute contestation publique de la thèse arménienne de "génocide", l’association "Liberté pour l’histoire", qui rassemble plus de 600 historiens et chercheurs français, déclare à nouveau "considérer cette initiative comme injustifiée et pernicieuse".

Dans un communiqué, l’association parle de "provocation" et se dit "résolue" à poursuivre son action en faveur de "la liberté de l’histoire"...

- Lire la suite...


Non à la censure

Pétition - Pléthore de mémoire : quand l’Etat se mêle d’histoire...

JPEG A l’instar de leurs homologues français, rassemblés pour plus de 600 d’entre eux autour du collectif "Liberté pour l’histoire", les historiens belges s’élèvent contre "une judiciarisation croissante du débat historique" qui constitue, selon eux, "une atteinte à la liberté d’expression et de la recherche".

Le Sénat belge doit prochainement débattre d’une proposition de loi visant à pénaliser toute contestation publique de la thèse arménienne de "génocide". A l’heure où les groupes de pression arméniens et turcophobes s’activent dans les coulisses parlementaires et auprès des états-majors des partis politiques, nous remettons à l’ordre du jour cette pétition d’historiens belges pour rappeler que "l’histoire n’est pas au service du politique" !

- Lire la suite...


La recherche historique menacée

L’historien Pierre Nora : le Parlement français est devenu l’otage des groupes de pression arméniens

"Il est plus facile de débattre de la question arménienne à Istanbul qu’à Paris’ a-t-il déclaré.

Pierre Nora, académicien et historien de renom, est membre du collectif "Liberté pour l’Histoire", qui regroupe à ce jour plus de 600 historiens et chercheurs favorables à l’abrogation des lois dites mémorielles, dont la loi de 2001 reconnaissant le "génocide" arménien. Ce collectif s’est élevé contre le projet de loi du Parti Socialiste qui doit être débattu au Parlement le 18 mai prochain et qui vise à pénaliser la contestation publique de la thèse arménienne de "génocide".

L’historien considère que la proposition de loi socialiste empêchera le débat et la recherche historique sur le différend historique turco-arménien...

- Lire la suite...


Non à la censure

L’historien anglo-arménien Ara Sarafian : que la France se confronte d’abord à ses responsabilités dans les crimes commis en Algérie et au Rwanda !

L’historien britannique d’origine arménienne, Ara Sarafian, a vivement dénoncé le projet de loi du Parti Socialiste français visant à pénaliser la contestation publique de la thèse arménienne de « génocide », et qui doit être soumis au Parlement le 18 mai prochain.

Il a invité la France à faire face à sa propre histoire et à se confronter d’abord à ses responsabilités dans les massacres perpétrés en Algérie et au Rwanda avant de se mêler du différend historique turco-arménien...

- Lire la suite...


Non à la censure

Les signataires de la pétition "Liberté pour l’histoire" se disent "profondément choqués" par les projets de loi liberticides pro-arméniens !

En signant la pétition "Liberté pour l’histoire !", plus de 600 historiens et chercheurs français avaient demandé en décembre dernier l’abrogation des lois dites "mémorielles", dont la loi sur le "génocide" arménien. Ces signataires expriment aujourd’hui dans un communiqué leur consternation devant la tentative de pénaliser toute contestation de la thèse arménienne de "génocide"...

- Lire la suite...


Editorial

Face à la censure et au révisionnisme arménien en Europe, la désobéissance civique ?

A l’initiative du gouvernement turc, qui mène depuis plusieurs mois une politique dynamique et constructive sur la question des différends turco-arméniens, Ankara a proposé à l’Arménie de nouer un dialogue direct pour tenter de surmonter leur lourd contentieux historique. Cette proposition franche et courageuse a reçu un accueil plutôt favorable des autorités d’Erevan. Par divers canaux, les deux pays ont établi des contacts, souvent discrets, et sont actuellement en pourparlers pour mettre sur pied une commission d’experts qui abordera, entre autres sujets difficiles, l’épineuse tragédie turco-arménienne de 1914-1922 dans l’espoir de faire toute la lumière sur cet épisode complexe du passé. Signe encourageant, les Etats-Unis et l’Union Européenne ont d’ores et déjà apporté leur soutien à l’initiative turque.

A l’heure où Ankara et Erevan affichent une volonté de dialogue et semblent vouloir engager une discussion sur leur douloureuse histoire commune, la diaspora arménienne, elle, poursuit sa course folle et dangereuse, animée d’un ressentiment viscéral, pour ne pas dire de haine, contre les Turcs et la Turquie. Après avoir obtenu de plusieurs parlements nationaux qu’ils adoptent des résolutions, et même une loi dans le cas de la France, qualifiant de "génocide" le déplacement contraint des populations arméniennes d’Anatolie en 1915-1917, les groupes de pression arméniens cherchent aujourd’hui à faire passer des lois sanctionnant pénalement, par des peines de prison et de fortes amendes, toute discussion et contestation de leurs thèses. En Europe, ce lobbying arménien est particulièrement actif dans au moins deux pays : la France et la Belgique...

- Lire la suite...


Débat historique & Réconciliation

Réunion historique à l’Assemblée nationale turque : Turcs et Arméniens de Turquie ont débattu ensemble de la tragédie de 1914-1922

A l’initiative des Commissions des Affaires étrangères et de l’Harmonisation avec l’Union Européenne, une réunion historique s’est tenue le 5 avril 2005 dans les salons de la Grande Assemblée Nationale de Turquie, en présence de trois ambassadeurs à la retraite, Gündüz Aktan, Ömer Lütem et Pulat Tacar, et de trois personnalités turques d’origine arménienne, Etyen Mahçupyan, éditorialiste au quotidien Zaman, Hýrant Dink, directeur de la publication du journal turco-arménien Agos, et l’écrivain Levon Panos Dabagyan.

Cette réunion a permis de débattre des relations entre la Turquie et l’Arménie et du différend historique turco-arménien autour de la tragédie survenue en Anatolie orientale entre 1914 et 1922...

- Lire la suite...


Vigilance citoyenne

La contestation de la thèse arménienne de "génocide" n’est pas un délit selon la justice française

(AFP) - Le consul général de Turquie à Paris, M. Aydin Sezgin, poursuivi par le Comité de défense de la cause arménienne (CDCA) pour des propos remettant en cause, sur le site internet du consulat, l’existence d’un "génocide arménien", a été relaxé lundi par le tribunal de Paris.

La 17ème chambre du tribunal correctionnel a également relaxé la société France Telecom, dont la filiale Wanadoo est hébergeur du site internet du consulat de Turquie.

Le CDCA avait engagé des poursuites contre le consul et réclamait un euro symbolique pour des textes publiés sur le site internet sous le titre "allégations arméniennes et faits historiques", où il est notamment question du "soi-disant génocide"...

- Lire la suite...


Hommage aux justes arméniens

Dossier : "Ces courageux Arméniens qui disent non au mensonge"

Ils sont encore peu nombreux à briser l’interdit. Leur voix, trop souvent, est encore étouffée par les vociférations haineuses des propagandistes arméniens. Mais ils sont là ! Ils contestent la loi du silence imposée à la communauté arménienne par les puissants groupes de pression qui ont fait de la turcophobie leur fonds de commerce...

A travers cette rubrique, qui sera régulièrement complétée et enrichie, nous tenions à leur rendre hommage...

- Lire la suite...


Vérité et reconnaissance


Le Royaume-Uni rejette officiellement la thèse du "génocide" arménien

Braquons nos projecteurs sur un grand pays européen qui, contrairement à la France, n’a pas plié l’échine devant la propagande et le chantage électoral arméniens. Ce pays, c’est le Royaume-Uni...

A plusieurs reprises et de manière très officielle, le Royaume-Uni a catégoriquement rejeté la thèse du "génocide arménien". Voilà que la voisine Albion donne à la France une cinglante leçon d’histoire...

- Lire la suite...






"Gel, Gel, ne olursan ol gel
Ister Ermeni, Rum veya PKK taraftari,
Ister hain, ister nefret dolu ol Gel
Bizim sitemiz ümitsizlik sitesi degildir
Yüz kere Türklere haksizlik yapmis olsan da yine gel"

Mémorial

De l’Anatolie orientale (1914-1922) à l’Azerbaïdjan (1988-1994), les massacres de masse et les atrocités perpétrés par les Arméniens sur les populations turco-musulmanes ont fait plus d’un million de morts.

Pour les victimes sans sépulture de ces génocides inavoués un Mémorial Virtuel a été érigé.

Ce Mémorial est également dédié aux dizaines de victimes du terrorisme arménien (1975-1985) qui a fait couler le sang d’innocents dans les grandes villes d’Europe et des Etats-Unis.

Ensemble, brisons le mur du silence et de l’oubli... Pour que la mémoire vive !

Accès au Mémorial